23 novembre 2023: projet agro-pastoral au centre anti lepre de Ouidah

Suite à un don important effectué par une personne souhaitant garder l'anonymat, nous avons réfléchi à un projet structurant pour maintenir et éventuellement mettre en œuvre toutes les activités de la léproserie de Ouidah, avec une attention particulière à l'augmentation de la qualité de vie des lépreux résidents.  Depuis juin, lorsque nous avons appris les intentions de cette bienfaitrice, nous avons travaillé à planifier une série d'activités profitant des avantages dont disposent les religieuses.  Nous avons identifié plusieurs activités qui peuvent être mises en œuvre dans un délai relativement court. 8 600 € ont été alloués au projet.  Nous avons donc déjà commencé en septembre avec :

- l'élevage des ovins, porcs et poulets de chair

- L'exploitation de trois hectares de terres, pendant la petite saison des pluies de l'année, pour cultiver du maïs et  l'arachide

- La production d'huile de palme à partir des nombreux palmiers peuplent cet espace.

- La culture du manioc sur environ deux hectares jusqu'à sa transformation en gari et tapioca.

- En phase d'installation, nous disposons d'un potager qui accueillera différents types de légumes et légumineuses sur une superficie d'un hectare avec irrigation goutte à goutte pour garantir une production constante toute l'année, même pendant la saison sèche.

À l’intérieur de la propriété se trouvent de nombreux manguiers, citronniers, papayers et cocotiers.  Jusqu'à présent, hormis les cocotiers, seule une petite partie des fruits était consommée les religieuses et les malades, une autre partie était volée par les habitants des villageois, mais la majorité pourrissait aussi. Maintenant nous allons organiser des collectes et des ventes directes au marché de Kpassè.

Certains équipements dont disposait le centre étaient gâtés donc inutilisables faute de moyens financiers pour leur répartition.  Avec le budget disponible nous en avons fait réparer certains tels que le pressoir à huile pour produire de l'huile de palme, le moulin à farine  pour écraser et moudre les grains et un tricycle pour divers transports indispensables aux activités.  De plus, nous avons acheté la machine pour broyer le manioc la transformation en gari et tapioca aliments très consommés et d'autres produits à valeur ajoutée. Dans ces jours-ci, nous achèterons un incubateur pour augmenter la production de poussins. Ce  programme sera piloté et géré au cours cette première année par l'ONG SOPADA, en ma personne, mais je peux compter sur la collaboration active d'Ibrahim, responsable de l'élevage de moutons et de poulets,  d'Inès, son épouse, qui s'occupe avec beaucoup  de dévouement de la porcherie, d'Ernest, un agriculteur expert qui s'occupe des récoltes dans les champs, d'Isaak, qui l'assiste mais qui se spécialise dans le potager.  L'épouse d'Ernest est alors disponible pour couvrir les jours de congé d'Inès et pour d'autres petits travaux qui surviennent de temps en temps dans l'entreprise.  Notre espoir est que ces différentes activités, bien qu'elles sont très diversifiées, puissent produire un certain revenu également dans les années à venir, lorsque l'ONG SOPADA n'en aura plus la direction, en maintenant et en augmentant également le nombre d'employés et avec eux les bénéfices ainsi qu'ils peuvent contribuer à améliorer les services du dispensaire, les hébergements des malades et par conséquent leur qualité de vie.

23 SEPTEMBRE 2023 : CONSULTATIONS PRÉNATALES GRATUITES

Dans le but d'aider les femmes enceintes, mais aussi celles qui ne le sont pas, à gérer correctement la maternité, la SOPADA, grâce à Paola, a organisé cette rencontre mensuelle dans les locaux de la Paroisse de la Basilique de Ouidah. C'est totalement gratuite et contribuera certainement à une gestion responsable de la maternité, notamment dans ces poches de pauvreté matérielle dont souffrent encore de nombreuses familles au BÉNIN.

18 septembre 2023 - livraison de fornitures scolaires à 127 élèves des école primaires de Fonsramé et agbanu (ouidah)

 Dans une ambiance festive et quelque peu « brouillonne », nous avons réussi ce matin héroïquement à remettre les sacs à dos contenant des fournitures scolaires complètes à 127 enfants orphelins des villages de Fonsramey et Agbani (Ouidah) dans une salle des classes des écoles respectives. Nous avons invité plusieurs autorités locales, dont le maire de Ouidah qui, après nous avoir fait attendre une heure au-delà de l'heure prévue, a fini par envoyé son adjoint pour le représenter. Soyons clairs : au BÉNIN, comme dans toute l'Afrique, la présence des autorités lors de ces événements semble très importante, car elles profitent de leur moment de gloire en les utilisant comme podium. Le retard du maire, qui s'est alors lui-même fait remplacer, nous a beaucoup ennuyés, car notre respect va au moins avant les politiques, qui sont les destinataires de nos efforts. Cela dit, après les discours rituels des autorités, nous sommes passés à la remise des sacs à dos qui contenaient de nombreux cahiers, de nombreux stylos à bille, des crayons de couleur, un compas avec rapporteur, une règle, un crayon et une équerre à gomme, une ardoise et des manuels pour les différentes les classes et l'uniforme scolaire. Dans tous les cas, il s'agissait d'enfants orphelins en âge d'aller à l'école primaire, qui ne pouvaient pas y aller faute de moyens. Ils sont l’avenir du pays, il faut leur offrir « la nourriture de l’esprit », avant même celle de l’estomac qui, grâce à Dieu, ne manque pas dans cette région de l’Afrique. Ce seront eux qui devront gérer les défis mondiaux de demain, avec leurs ressources, leur héritage culturel et leur passion. Ils devront reprendre possession de leurs terres qui ont été surexploitées au fil des siècles par « d'autres » venus de loin. C'est dans cette optique que nous essayons d'aider les jeunes générations à prendre conscience de leur potentiel et à le mettre au service de leur peuple. Car il existe un droit inaliénable : celui de naître, de vivre et de prospérer dans son propre pays. L'ONG SOPADA remercie tous les donateurs italiens, des quatre coins d'Italie, mais aussi les nombreux amis de Cadelbosco, Reggio Emilia et des environs, sans lesquels nous n'aurions pas pu satisfaire un si grand nombre d'orphelins dans le besoin. Un grand merci ensuite à Ibrahim Abou, membre actif de la Sopada et leader du quartier de Zongo qui a organisé l'événement. Et merci également à Ramos Vodounon et Koudoda Elisée Barboza, fidèles collaborateurs, qui nous ont aidés durant ces cérémonies de remise des sacs à dos.

 

16 septembre 2023 - livraison de fornitures scolaires à 39 élèves orphelins des école  de penessolou

Samedi 16 septembre dernier, un de nos représentants de l'ONG SOPADA, FOUSSENI Djaffarou, s'est rendu à Penessolou, au nord du pays, pour la remise des fournitures scolaires à 39 enfants et jeunes orphelins. Cette année, nous en avons 5 de plus qui sont déjà au collège. Nous accompagnons tous les autres dans leur parcours scolaire depuis 2018. Jusqu'à présent, ils ont répondu à nos attentes, en suivant leurs cours respectifs de manière cohérente, sérieuse et sérénité. Nous n'avons pas pu être présents car nous préparions à notre tour les kits pour les 127 autres élèves orphelins de Ouidah au sud du pays. Plusieurs autorités étaient présentes : le chef et délégué du village de Penessoulou Alidou Djibril représentant du maire, empêché par d'autres engagements, le président de l'Association pour le Développement de Penessoulou, Sanda Aliou, deux conseillers municipaux de la commune chef-lieu de Bassila, Alassane. Abasse et Gouda Moussa, le Président de l'Association des Artisans et représentant des parents d'élèves, Tchiffi Zouliath. La cérémonie s'est déroulée à la Maison des Jeunes de l'arrondissement de Penessoulou dans une ambiance joyeuse. Un chaleureux merci à tous les donateurs italiens qui nous ont aidé avec leurs dons.

20 AOÛT 2023 – LIGUE DJEGBADJI SPONSORISÉE PAR SOPADA

Belle finale de la Ligue Djegbadji avec l'équipe de Degue gagnante. L'organisation de ce tournoi entre tous les villages de la côte de Ouidah a également été possible grâce à la SOPADA qui, avec l'aide de Jonathan Ivan Cosentini, a sponsor officiel de l'événement.

18 AOÛT 2023 – CYCLE DE SOINS DENTAIRES GRATUITS POUR LES INDIGENTS DE OUIDAH

Ce matin, le cycle de soins dentaires organisé par la SOPADA pour les populations les plus faibles et les plus démunies de la région de Ouidah s'est terminé, avec cette demi-journée supplémentaire que nous avons été contraints d'ajouter en raison de l'afflux inattendu et massif de personnes. Dès le petit matin, on comptait une vingtaine de personnes en attente, qui augmentaient progressivement. Le Dr Corradi n'a aucun souvenir d'autres missions en Afrique avec un nombre aussi élevé de cas compliqués qui nous obligeaient tous à travailler quotidiennement jusqu'à 11 heures consécutives. Il réalise de véritables interventions chirurgicales pour extraire des dents et des racines désormais « ossifiées » au sein du lit dentaire. Il faut dire que la dentition des races africaines est très solide et robuste. Les racines sont toujours plus longues que celles de l'homme européen. Il est donc assez difficile de trouver des dents qui bougent, sauf en cas de parodontite, provoquée par la présence de tartre à la base des dents. Grâce à l'unit dentaire portable, il a été possible d'opérer avec les instruments auxquels nous sommes habitués dans les cabinets dentaires européens modernes, avec évidemment certaines limitations. Ainsi les services semblent avoir pleinement satisfait les patients qui les ont remerciés par des gestes concrets, des petits cadeaux et même le baiser d'un enfant qu'on avait sauvé deux canines cariées, aujourd'hui revenues comme neuves. Aucune intervention esthétique n'a été envisagée, mais l'intention était de reconstruire l'incisive d'un enfant cassé suite à une chute en se positionnant vers l'extérieur. Cela était dû aux brimades de ses camarades de classe. Guido voulait lui donner un regard digne et un sourire qu'il refusait auparavant de montrer. Quoi dire? Beaucoup d'efforts, des moments compliqués et fatigants, mais aussi la satisfaction d'avoir pu soulager des patients qui, à cause de la pauvreté grandissante, n'imaginaient pas mettre pieds dans un cabinet dentaire. Au nom de la SOPADA, un grand merci au Dr Guido Corradi, à Michelle, qui, avec Paola et moi, avons improvisé comme assistants. Les services, de toute nature, étaient proposés au prix symbolique de 1 000 FCFA (environ 1,50 €) comprenant également des antibiotiques et des analgésiques.

Toujours fatigués mais heureux ! Comme ça on avance !